Couverture La Ligne verte

Présentation : 

Paul Edgecombe, ancien gardien-chef d'un pénitencier dans les années 30, entreprend d'écrire ses mémoires. Il revient sur l'affaire John Caffey - ce grand Noir au regard absent, comdamné à mort pour le viol et le meurtre de deux fillettes - qui défraya la chronique en 1932.
La ligne verte est le reflet d'un univers étouffant et brutal, où la défiance est la règle. Personne ne sort indemne de ce bâtiment coupé du monde, où cohabitent une étrange souris apprivoisé par un Cajun pyromane, le sadique Percy Wetmore avec sa matraque et Caffey, prisonnier sans problème. Assez rapidement convaincu de l'innocence de cet homme doté de pouvoirs surnaturels, Paul fera tout pour le sauver de la chaise électrique. Aux frontières du roman noir et du fantastique, ce récit est aussi une brillante réflexion sur la peine de mort. Un livre de Stephen King très différent des ses habituelles incursions dans l'horreur, terriblement efficace et dérangeant. 

Mon avis : 3/5

"Dérangeant". C'est le mot qui résume ce livre. J'ai eu beaucoup de mal le lire. Attention, je l'ai adoré ! Mais il est dur. Les personnages sont très attachants, leur personnalité est intéressante : j'ai surtout aimé leur ressenti après chaque évènement, et l'auteur arrive à nous faire aimer des personnages mais aussi à en détester. Tous les détails sont écrits, rien n'est oublié, c'est vraiment très impressionnant. C'est le premier livre de King que je lis et j'ai trouvé son style et son écriture plaisante. J'aime ce mélange entre le fantastique et le réel, et c'est un livre qui nous fait beaucoup réfléchir. Il est riche en émotion forte et c'est la première fois que je prends mon courage à deux mains pour le lire : les exécutions m'ont bouleversés tellement les détails sont troublants. Conclusion de ce bouquin : je vais lire d'autres Stephen King et il me sera impossible de regarder le film !